Questionnaire sur l'avenir de la Pêche, la monnaie francilienne

En 2018, « La Pêche, monnaie locale » (LPML) et « Une Monnaie pour Paris ! » (MoPPa) ont mis leurs forces en commun au service du développement de la monnaie locale en Île-de-France, au travers de la création de la fédération REVES (Réseau pour une Économie Volontaire, Éthique et Solidaire). Depuis deux ans, ces trois associations ont mutualisé un certain nombre de missions, notamment autour de la gestion de la monnaie elle-même et de son fonctionnement. La Pêche s'étend aujourd'hui sur quatre départements : la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne sont couverts par LPML, basée à Montreuil, tandis que Paris et les Hauts-de-Seine sont gérés par MoPPa, basée dans le 19ème arrondissement de Paris. Cette architecture atypique a permis de marier des territoires et projets différents et de les rapprocher au fur et à mesure, néanmoins elle n'est pas sans poser problèmes, que ce soit pour la gestion d'actions historiques (exemple le coffre-fort des billets ou la communication) ou pour les cas particuliers d'entreprises basées à la fois à Paris et en banlieue (et devant donc gérer leur usage de la monnaie avec plusieurs interlocuteurs différents) ou de personnes travaillant dans un département différent de leur lieu d'habitation, et elle entraîne de nombreux doublons de travail.
 
Aujourd'hui, alors que de nouveaux défis se présentent et que la Pêche est amenée à grandir et gagner de nouveaux territoires (notamment dans le Val-d'Oise, avec Gonesse), le besoin de renforcer la coopération et la mutualisation est là. En effet, les grands chantiers tels que :
* la communication et en particulier le développement d'un site internet commun,
* la création d'une monnaie électronique,
* le réseau et la gestion des adhésions,
* la prospection sur des territoires de plus en plus grands,
* le recrutement de services civiques, stagiaires et salarié·e·s,
* les relations externes,
* la gestion de la monnaie papier, 
* la gouvernance,
* le rapprochement de nos systèmes de gestion... 
nécessitent de pouvoir davantage coordonner les actions de nos équipes et mettre en commun nos moyens. Néanmoins nous avons besoin de l'avis du plus grand nombre possible de nos membres pour avancer ensemble dans la même direction.
 
C'est pourquoi nous vous sollicitions aujourd'hui pour connaître vos positions sur l'avenir de la Pêche ! Il s'agit de prendre la température, ceci n'est pas un référendum : des scernarii et un groupe de travail seront établis à partir de vos réponses et les propositions qui en découleront seront soumises plus tard en Assemblées générales extraordinaires le moment venu. Merci de prendre quelques minutes pour lire, réfléchir et répondre avec sincérité aux questions suivantes, et n'hésitez pas à compléter avec vos propres idées ! (Si les espaces de commentaires d'étape sont trop petits pour vous, il y en a un plus grand à la fin)

1. COMMUNICATION

Aujourd'hui il existe plusieurs sites internet, adresses mail, pages Facebook, Twitter, Instagram, etc. Beaucoup de travail est ainsi réalisé en doublon (il y a deux annuaires, deux cartes, deux infolettres...). Cela alimente également une certaine confusion car beaucoup de personnes (membres, prestataires, externes, presse, politiques...) n'arrivent pas à comprendre vers où se tourner pour avoir des informations, notamment parce que les noms des structures ou identifiants de réseaux sociaux n'indiquent pas l'espace géographique couvert. Enfin nous perdons beaucoup de temps, d'énergie et d'opportunités lorsque par exemple une Alfortvillaise contacte MoPPa, un Parisien contacte LPML, une coopérative agricole de Gonesse ne sait pas à qui s'adresser ou un Nanterrien se renseigne au mauvais endroit pour trouver un évènement pêchu près de chez lui. Il existe heureusement plusieurs solutions à ces problèmes et nous aimerions connaître votre avis sur ces questions :

À terme quelle est la solution idéale : fusionner ou territorialiser les sites internet ?
Comment souhaites-tu être informé·e ? Quel serait l'idéal pour communiquer sur Facebook, Twitter, Instagram, Telegram, etc. ? Rassembler toute l'actualité de la Pêche sur une page ou en avoir plusieurs, dédiées à chaque association/territoire ?
Comment devrions-nous communiquer les actualités par courriels ?

2. RÉSEAU

Notamment pour qu'un comptoir puisse reconnaître une personne d'un autre territoire (qu'une Montreuilloise puisse changer des euros à Paris, ou qu'un Parisien puisse le faire à Alfortville), ou que l'on puisse participer aux réunions de chaque association, où que l'on ait adhéré.

3. RELATIONS EXTERNES

4. MONNAIE

Le fonds de garantie est constitué des Euros convertis en Pêches, il permet d'assurer la reconversion en Euros pour les prestataires et d'appuyer la valeur de la monnaie. Aujourd'hui il y a deux fonds de garantie différents et un coffre-fort des billets géré par Montreuil.
(émission monétaire, transactions, système, hébergement des serveurs...)

5. GOUVERNANCE

Aujourd'hui nos 3 associations gèrent par exemple 5 comptes bancaires différents (contre seulement 2 si l'on n'était qu'une seule association), et des structures régionales comme les Nouveaux Robinson (coopérative bio gérant 19 magasins en IDF) doivent traiter avec plusieurs associations différentes pour la gestion de la monnaie locale dans leurs magasins.

En sachant qu'il est possible d'avoir plusieurs niveaux, avec les décisions liées à la monnaie en fédération et les actions liées à la communication ou prospection au niveau du groupe local (choisir ville, département ou région ne sont pas exclusifs, il s'agit du "plus bas", ce qui veut dire qu'il peut y en avoir un au-dessus) ; on peut très bien envisager par exemple une équipe de coordination au niveau local et un bureau régional, que ce soit dans une fédération d'associations ou une association commune unique.

La décision que nous allons devoir prendre prochainement (fusion, départementalisation, mutualisation ou statu quo) va changer beaucoup de choses dans d'autres domaines : l'encadrement des services civiques, stagiaires ou salarié·e·s ; les recherches de financements ; les relations avec les collectivités territoriales ; les délibérations, etc.

Cela pourrait définir le niveau du "groupe local" évoqué plusieurs fois.
afin de vérifier que chaque personne ne répond qu'une fois et pour te transmettre les résultats ; les réponses seront analysées de manière groupée et anonyme.
Si tu as des choses à ajouter qui ne correspondent pas à une des 5 catégories thématiques proposées (ou que tu n'avais pas la place), voici le lieu pour t'exprimer !

Ne transmettez aucun mot de passe via Framaforms.