Questionnaire de préparation à la Biennale Internationale de l'éducation nouvelle - Novembre 2018

 

Présentation

Dans le monde, les différentes formes d’éducation formelle et non formelle concourent, nous le savons, à construire la complémentarité entre tous les espaces éducatifs. Ce processus invite aussi à repenser l’éducation dans une approche globale, tout au long de la vie, dans une perspective de transformation des pratiques éducatives vectrice de participation et d’émancipation individuelle et collective. Différentes approches de la pédagogie existent, mais toutes ne se valent pas. Nos associations se réfèrent, au-delà de leurs différences, à un socle commun, qu’on appelle toujours l’Éducation nouvelle, même si elle a une longue histoire . Nous avons fait la preuve en 2017, lors de la première Biennale Internationale, de l’actualité de l’Éducation nouvelle, de la pertinence de son projet, de la dimension contemporaine de cette approche de l’Éducation. Conférences, débats et forum des pratiques ont fait la preuve de nos capacités à inventer des réponses adaptées aux besoins des publics les plus divers, pour donner plus de sens aux apprentissages dans et hors l’école.

La dimension internationale sera renforcée lors de la deuxième édition des biennales par le développement de partenariats entre nos différents mouvements à l'échelle des pays, des villes, des régions. L'enjeu est de tisser des liens entre les six mouvements, de préparer ensemble des propositions à l'échelle de la ville, du pays, de faire vivre l'Éducation nouvelle dans sa dimension collective et internationale. L’objectif est de créer, dès à présent, une dynamique participative prenant en compte ces échelles de territoires multiples, porteuses de réalités différentes et d'enjeux singuliers. Les associations seront invitées à se rencontrer, à préparer ensemble cet événement, à construire des propositions afin d'alimenter les contenus et perspectives des biennales en 2019.

 

Ainsi l’ambition de la construction de la future biennale se situe à deux niveaux :

 

1. La participation à la Biennale Internationale en 2019 à travers des propositions d’intervenant.e.s, de thématiques, d’animation d’atelier de présentation de pratique.

 

Vous trouverez dans le document joint «  bilan de la biennale 2017 » les thématiques des ateliers qui furent proposés, des conférences et des tables rondes.

 

2. L’organisation d’évènement au niveau national.

 

Par exemple, en 2017 les Ceméa de Belgique, le mouvement Freinet belge et le groupe Belge d’Éducation nouvelle ont lancé une première édition délocalisée de la Biennale à Bruxelles en proposant un espace de débat entre les trois associations, le visionnage de la conférence d’ouverture, la rédaction d’un texte.

 

 

 

 

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous

Ne transmettez aucun mot de passe via Framaforms.