Lettre ouverte des directeurs et directrices d'écoles de l'Académie de Paris

Assez d’injonctions contradictoires et de pressions !

Depuis l’annonce de la réouverture des écoles le 11 mai, nous sommes chargé-es d’organiser l’accueil des élèves selon les priorités données par le Ministère tout en garantissant la mise en œuvre du protocole sanitaire. 

Nous avons effectué ce travail de notre mieux dans la plus grande confusion, au gré des ordres et contre-ordres, sans visibilité sur les moyens humains et matériels, tout en assurant le réaménagement des locaux, l’accompagnement des équipes enseignantes inquiètes et la communication avec des parents d’élèves déboussolés par le décalage entre l’annonce ministérielle de « réouverture des écoles » et la réalité de nos capacités d’accueil le 14 mai.

Cette période a été particulièrement éprouvante pour tous les personnels, dont les directrices et directeurs d’école.

L’annonce fracassante le  jeudi 28 mai de « l’accueil systématique de tous les élèves avant les vacances »  c’est la déclaration de trop !

Il n’est pas question que les fragiles dispositifs d’accueil que nous sommes parvenu-es à construire avec les enseignant-es soient remis en cause. Nous ne continuerons pas à faire, défaire et refaire au gré de la communication ministérielle.

Tant que le protocole sanitaire doit être appliqué, ce n’est pas l’École qui fonctionne, mais un accueil très limité d’un certain nombre d’élèves prioritaires.

Si les demandes des familles sont légitimes en raison de leur situation professionnelle, et logiques au vu de ce qui a été annoncé dans les médias, leur multiplication fait monter une pression intenable pour les directrices et directeurs qui n’ont pas à assumer les conséquences d’une communication nationale trop éloignée de la réalité.

Nous demandons donc à l’Académie : 

- de cesser toute pression exercée sur les directrices et directeurs d’école  pour accueillir plus d’élèves quand la capacité  d’accueil permettant le respect du protocole sanitaire est atteinte,

- de produire en urgence un courrier-type signé du Dasen à remettre aux familles quand l’accueil de leur enfant est impossible,

- de maintenir le cadre existant tant que le protocole sanitaire n’est pas modifié.

Nous continuerons à assurer nos missions de Service public dans ce contexte de crise sanitaire mais nous ne pourrons pas tolérer plus longtemps ce qui s’apparente à de la maltraitance institutionnelle et qui va malheureusement s’accroître si rien n’est fait !

La prévention des risques psychosociaux n’est pas qu’une vague formule dans l’air du temps, c’est un devoir incontournable de notre institution à l’égard de tous ses personnels, dont les directrices et directeurs qui sont particulièrement exposé-es dans cette période exceptionnelle. 

Ne transmettez aucun mot de passe via Framaforms.